On memorise mieux en écrivant avec un stylo qu’en tapant à l’ordinateur

Une étude réalisée par les chercheurs des Universités de Princton et de Californie met en avant la supériorité du stylo sur le clavier dans la prise de note et la mémorisation. La raison en est simple, lorsque l’on tape au clavier, on doit surveiller l’écran et une partie de notre attention est accaparée par la forme. C’est autant de concentration qui ne s’occupe plus du fond du discours. Lorsque l’on écrit à la main, on ne regarde pas celui qui parle, on l’entend et on se relit en même temps et notre cerveau est plus disponible pour analyser le sens de ce que l’on écrit, d’où une bien meilleure mémorisation.

enfant écrit au stylo

D’après les professeurs Mueller et Oppenheimer, lors de la prise d’une prise de note, la bonne mémorisation dépend fortement de la compréhension du sens des mots que l’on écrit. Et pour que cette compréhension se fasse, il faut que le cerveau puisse analyser le discours.


L’écriture manuscrite par la synthèse

En prenant des notes à l’aide d’un stylo, nous avons tendance à effectuer une synthèse de ce que nous entendons. Cela veut dire que nous allons chercher le sens, le comprendre et le retranscrire de manière plus ou moins résumée. Tout ce travail permet d’assurer la bonne compréhension du texte et donc améliore fortement sa mémorisation. De plus, durant l’écriture manuscrite, il n’est pas nécessaire de regarder celui qui parle pour prendre ses notes. Les rédacteurs ont généralement les yeux rivés sur leur papier et ils regardent et lisent ce qu’ils écrivent. Cette double entrée de l’information, par le son et par la photographie de ce que l’on est en train d’écrire, permet d’améliorer également la mémorisation.

L’écriture numérique se focalise sur la forme

On ne retrouve que plus rarement ces mécanismes lors d’une prise de note informatique. En effet, celui qui tape au clavier doit mettre en place des processus plus complexes afin de rédiger, en se concentrant sur les lettres plutôt que sur les mots. Il en résulte qu’il n’a pas le temps de faire un travail d’analyse suffisant à l’exercice de la synthèse. On retrouve donc, dans la plupart des cas, des notes “mot à mot” sur les ordinateurs. Ainsi, en amphithéâtre, les étudiants qui prennent des notes sur claviers ont beaucoup plus de difficulté à suivre le rythme de l’orateur et ne peuvent pas prendre ce temps de l’analyse. Ainsi, ce format d’écriture, plus lent, pousse à beaucoup plus s’intéresser à la forme, détournant d’autant l’attention du sens.

main sur clavierNaturellement, ces résultats ne sont pas généralisables à l’ensemble de la population. Certaines personnes, tels les dactylographes, développent une rapidité et une aisance au clavier qui leur permet de moins porter leur attention sur la forme et de se concentrer donc davantage sur le fond. Car c’est moins l’outil utilisé que l’aisance avec laquelle on l’utilise qui permet ce détachement de l’acte et l’ancrage dans la compréhension et la mémorisation.

 

Source: The Pen Is Mightier Than the Keyboard (Pam A. Mueller, Princeton University, Psychology Department)

 

Crédits photo – https://www.flickr.com/photos/geeks_lettres/

Rémy Perla

Rémy Perla

Papa de 2 enfants, engagé dans la révolution éducative depuis plusieurs années, Rémy Perla est l'inventeur de l'innovation littéraire "Epopia"

4 réactions sur “On memorise mieux en écrivant avec un stylo qu’en tapant à l’ordinateur

  • 23 octobre 2014 at 18 h 44 min
    Permalink

    Je ne sais pas si c’est une question de regarder ou non le prof, mais avec un stylo, quand on veut écrire dans un coin, il suffit de déplacer son bras et instinctivement on arrive où on veut. Avec un écran, il faut utiliser la sourie, et puis le logiciel de texte, genre word, est pas fait pour. Alors, on doit ouvrir un autre fichier à côté ou insérer un commentaire… bref, un petit déplacement devient compliqué.
    Et c’est comme ça pour tout. Voilà pourquoi c’est beaucoup plus lent et moins efficace.

    Reply
  • 26 octobre 2014 at 9 h 45 min
    Permalink

    Et puis, il y a les machines qui rament et qui arrêtent d’écrire au milieu de la prise de note. Et les tablettes qui tombent en rade de batteries alors qu’il y a déjà 5 personnes qui se battent pour l’unique prise éclectique… niveau logistique, la feuille de papier assure grave !

    Reply
  • 31 octobre 2014 at 22 h 12 min
    Permalink

    La prise de note avec un clavier, j’ai essayé une fois et je n’ai jamais ré-essayé.. et pourtant je tape vite et sans regarder mes doigts… mais comme le dit très bien l’article, on doit se concentrer sur comment la machine réagit, où elle écrit,… et pendant ce temps, on n’écoute pas, on ne synthétise pas, on apprend pas.

    On réécrit tout à l’identique, sans aucune réflexion, et c’est du temps perdu. Autant ne pas venir et photocopier le cours du voisin ou acheter le livre de référence.

    Reply
  • 3 novembre 2014 at 13 h 32 min
    Permalink

    Et dire qu’on veut mettre des tablettes dans les mains de tous nos bambins pendant les heures de cours. Notre politique éducative est une catastrophe !

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *