10 conseils pour accompagner mon enfant dans ses devoirs

Votre enfant revient de l’école les bras chargés de devoirs ? Il traîne des pieds et demande votre aide ? Quelle est la bonne attitude à adopter en tant que parent pour l’accompagner dans son travail sans pour autant faire ses devoirs à sa place, ou lui mettre trop la pression ? Voici 10 conseils pour passer une année scolaire sereine.

1. Faire une coupure en sortant de l’école

Selon la psychopédagogue Brigitte Prot¹, « avant 13 ans, trois quarts d’heure au moins sont nécessaires à l’enfant pour vivre la transition et quitter tout à fait l’univers scolaire afin d’entrer dans celui de la vie domestique ». Prendre le goûter, se balader, jouer, sont autant d’exemples d’activités pour créer une coupure avec l’école. S’il a une activité extra-scolaire en semaine, accompagnez-le à son activité et parlez-en à son retour pour savoir comment il se sent, s’il s’est bien amusé et encouragez-le s’il a fait des progrès par rapport à la dernière séance. L’esprit aéré, votre enfant pourra se préparer tranquillement à entamer ses devoirs.

faire-une-coupure-1

2. Faire le point sur sa journée

Il est important que votre enfant se sente détendu pour étudier. Si vous êtes stressés après votre journée de travail, votre enfant risque de le ressentir et vous ne serez pas dans de bonnes conditions pour l’accompagner dans ses devoirs. Commencez alors par parler ensemble de sa journée à l’école : « Qu’as-tu fait aujourd’hui ? Qu’as-tu appris ? Est-ce que quelque chose t’a fait rire ou t’a énervé ? Est-ce que tu te sens heureux ? » Vous pourrez ainsi commencer les devoirs plus sereinement.

3. Définir un lieu d’étude en évitant les sources de distraction

Même si tout le monde ne travaille pas de la même manière, votre enfant a besoin de calme et de quiétude pour réviser. Trouvez alors un endroit où votre enfant se sente bien (salon, chambre, cuisine, du moment qu’il arrive à se concentrer) et évitez les sources de distraction (éteignez les écrans, éloignez les consoles et faites en sorte que frères et sœurs ne se chamaillent pas à ce moment précis !). Enfin, commencez par ouvrir le cahier de textes pour faire le point sur les devoirs du jour.

4. Être présent pour le guider

« La plupart des enfants qui réussissent à l’école sont aidés par leurs parents », c’est le constat du sophrologue et auteur Louis Musso². En effet, le parent doit être un guide pour l’enfant et aider celui-ci à s’organiser. Pour Brigitte Prot, « Il faut des années à un enfant pour être en mesure de gérer son emploi du temps ». Regardez ensemble la liste des devoirs à faire et laissez-le débuter ses exercices. Si vous n’êtes pas disponible pour accompagner votre enfant, mais qu’il s’agit d’une nounou, baby-sitter, jeune fille au pair, voisin, etc., prenez le temps de faire une vérification le week-end ou en soirée de ce qui a été fait. Le plus important est que le travail de l’enfant soit validé par le regard d’un adulte et qu’il se sente épaulé.

faire-le-point-sur-sa-journee-2

5. Ne pas faire les devoirs à sa place

Même si le regard bienveillant d’un adulte est essentiel à l’enfant lors de cette phase, il ne s’agit pas pour autant de faire les devoirs à sa place. Il est important de l’écouter et d’être attentif à ses difficultés, en sachant lui laisser une certaine autonomie. S’il se trompe ou s’il n’y arrive pas, ce n’est pas grave, aidez-le à trouver ses propres solutions. Vous pouvez lui donner des pistes : « À ton avis, à quel temps est conjugué ce verbe ? Te rappelles-tu par combien on avait divisé la monnaie quand on était en vacances ? C’est la même chose ici ». Calmement, expliquez-lui où il s’est trompé et félicitez-le lors de ses réussites.

6. Le laisser réfléchir seul

Pour développer son raisonnement et sa façon de penser, ne lui soufflez pas la réponse avant qu’il ne l’ait trouvée. Vous pouvez même à quelques occasions le laisser travailler seul et lui dire que vous n’êtes pas loin, que vous avez confiance en lui et que vous viendrez vérifier ensuite son travail. La confiance et l’autonomie vont de pair !

7. Apprendre à lui donner confiance en lui

Gardez à l’esprit que ce n’est pas l’enfant qui doit être jugé mais ses actes. « Tu es nul » aura un impact négatif et risque de faire perdre à l’enfant toute sa confiance en lui. Préférez « Tu t’es trompé à cet exercice, ce n’est pas grave, en réfléchissant je suis sûr que tu vas trouver ». Voir notre article « Apprendre la confiance en soi à son enfant ».

apprendre-a-avoir-confiance-en-lui

8. Lui donner des objectifs à courts termes

Pour que votre enfant progresse, il est nécessaire de l’encourager. Sans lui mettre la pression, fixez ensemble quelques objectifs. Par exemple : « Tu as eu assez bien à ton dernier exercice de conjugaison, et si la prochaine fois tu essayais d’avoir bien ? ». Il faut que l’envie de progresser vienne de lui, mais que vous soyez là pour le soutenir et que vous lui montriez que vous croyez en lui et ses capacités.

9. Ne pas projeter ses angoisses et ses désirs sur son enfant

Même si on aimerait voir notre enfant réussir, il est essentiel de ne pas projeter ses angoisses ou ses désirs sur son enfant au risque de le décourager. À chacun son rythme, avec bienveillance et encouragements, votre enfant évoluera et progressera forcément !

10. Lui proposer des activités ludiques pour apprendre en s’amusant !

Les devoirs dans le cadre scolaire peuvent parfois bloquer l’enfant car il y aura derrière un jugement ou des notes de la part de l’enseignant. Vous pouvez alors lui proposer quelques méthodes pédagogiques alternatives de type Montessori ou Freinet pour apprendre en s’amusant. Par exemple, des box pour apprendre les mathématiques autrement, des box créatives pour développer sa créativité et son imagination (voir notre article « Comment développer l’imagination et la créativité de mon enfant ? ») ou nos correspondances personnalisées pour faire lire et écrire votre enfant par le jeu ! Sans notes, sans jugement et à leur rythme, vos enfants pourront découvrir de nouveaux moyens de d’apprendre de manière ludique !

 activites-ludiques-pour-apprendre-en-s-amusant

 

Sources :

¹ Brigitte prot : J’suis pas motivé, je fais pas exprès !

² Louis Musso : Sortir de l’échec scolaire

Rémy Perla

Rémy Perla

Papa de 2 enfants, engagé dans la révolution éducative depuis plusieurs années, Rémy Perla est l’inventeur de l’innovation littéraire “Epopia”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *